Publication d’un article technique: Programme de traitement de l’eau dans les cycles eau – vapeur à haute pression avec des épisodes de corrosion dans l’alimentation du générateur, dans la revue “L’eau, l’industrie, les nuisances”

La mise en place d’un programme d’amélioration, issue d’un audit technique exhaustif, dans le traitement de l’eau d’un cycle eau –vapeur dans une industrie papetière du sud de l’Europe a permis de corriger les tendances observées dans le système, clairement affecté par des phénomènes de corrosion accélérée par l’écoulement (FAC). Les niveaux de fer transportés au générateur et la conductivité cationique de la vapeur surchauffée ont diminués drastiquement. Ceci est la conséquence des actions prises après l’évaluation de l’état de l’installation. ADIQUIMICA présente, dans cet article technique, une partie de son audit réalisé avec l’objectif de rétablir, dans des conditions stables, le fonctionnement du cycle eau – vapeur à 70 bars de pression du générateur de vapeur.

 

Figure 1 : Éléments principaux d’un cycle eau – vapeur pour la génération de l’énergie électrique. Cycle Chemistry Guidelines for Fossil Plants: Phosphate continuum and Caustic Treatment. EPRI; Electric Power Research Institute.

 

Les conclusions du travail sont que l’audit technique et les inspections réalisées sur l’installation; un cycle d’eau – vapeur avec une pression de génération de vapeur de 70 bars, ont révélés des conditions d’opération non adéquats pour le système. Les effets négatifs d’une mauvaise conception du traitement de l’eau se répercutent sur le transport de fer à l’intérieur du générateur, au développement de phénomènes de corrosion accéléré par écoulement à des points où la température de travail est plus faible, et où il y a des fortes turbulences , à la précipitation sous forme d’incrustations sur la surfaces des échangeurs de chaleur, et à l’augmentation de la conductivité cationique dans la vapeur surchauffée.

La mise en place des améliorations suite à l’audit technique réalisé par ADIQUIMICA a permis de recentrer, sur de bonnes bases, l’exploitation du cycle eau – vapeur:

– En minimisant le transport de fer au générateur de vapeur. L’entrée de fer dans le générateur peut conduire à des dépôts d’oxydes à la surface des transferts de chaleur, réduisant le flux thermique et, dans certains cas, à des problèmes de corrosion par réaction différentielle.

-En diminuant drastiquement la solubilité des oxydes protecteurs des surfaces en acier, en évitant ainsi la dégradation par exfoliation dans les zones de fortes turbulences.

-En permettant d’avoir un fonctionnement de l’installation avec des valeurs recommandées des paramètres critiques du système. Ces valeurs sont recommandées par les principales entités internationales reconnues dans ce domaine.

 

Figure 2 : Orifice détecté dans le faisceau tubulaire de l’économiseur du cycle eau – vapeur.

 

Pour en savoir plus , cliquer ici