Suivi Microbiologique Dans Les Stations D’epuration Des Eaux Residuelles Industrielles Des Usines De Tomates

Suivi Microbiologique

Les entreprises agroalimentaires génèrent des rejets industriels ayant des caractéristiques très particulières. En effet, les conditions de rejet de l »industrie de la tomate sont très variables en termes de débit et de charge, pouvant générer des conditions très particulières qui vont être à l »origine des organismes présentes dans les boues actives.

Adiquimica en collaboration avec le groupe Bioindicación de Seville (GBS) a réalisé une étude où sont évalués trois échantillons de boues actives de trois stations d »épuration de ce secteur en mesurant l »indice de boue (IB) pour ces échantillons. Grâce à cet indice, Adiquimica envisage la possibilité de réaliser une étude simplifiée de la boue active en fonction des caractéristiques macroscopiques et microscopiques qu »elles présentent, en vérifiant qu »elles partagent des conditions biologiques communes entre elles , et en comptant la formation de flocs de grande taille et la dominance du filament Thiothrix sp.

De plus, la valeur de l »IB est liée aux pourcentages de réduction des solides en suspension, DQO, DBO, azote et phosphore, vérifiant ainsi que les échantillons présentent une grande disponibilité en carbone soluble, un déficit en azote et phosphore et une certaine septicité dus à des surcharges dans ce secteur. Ces facteurs semblent être les causes de cette spécificité qui apparaissaient dans des conditions de culture mono spécifique en comparaison aux espèces filamenteuses.

La capacité de croissance exponentielle de ce filament et autres espèces filamenteuses qui peuvent apparaitre dans les boues actives, dans certaines conditions environnementales, nécessite un contrôle rigoureux du procédé qu »Adiquimica propose pour éviter des altérations graves dans la décantation et donc une perte de la qualité du rejet du client.

Ce travail a été publié dans la revue TECNOAQUA.